Maghreb: chasse aux idées reçues

Le Maghreb, idées reçues Pierre Vermeren, Le cavalier bleu éditions, 2010, 128 p.

Cette collection de petits livres destinés à pourchasser les « idées reçues » comporte quelque 9 titres concernant l’Algérie, aucun pour la Tunisie, deux pour le Maroc (plus ce Maghreb de Pierre Vermeren). Lire ceci quand presque une décennie est passée est instructif : les « printemps arabes » de 2011 sont advenus et j’écris au milieu des contestations algériennes face aux élections présidentielles imminentes… On comprend que si démonter les idées reçues sur un « pays » n’est pas facile, la tâche est plus rude encore pour trois pays frères, mais qu’aucune unification politique à court terme ne peut réconcilier. Parler d’une seule voix pour ce trio permet d’énoncer des vérités qui seraient plus sulfureuses si un seul Etat était ciblé. Les aveuglements et bonnes consciences vécues de ce côté nord de la Méditerranée sont décortiqués aussi clairement que ceux de nos voisins du sud. Arabes et Berbères sont loin d’être « séparés ». Francophone n’est pas une catégorie à part dans la population. Les communautés juives qui vivent en Israël ou en Europe furent constitutives des mondes ruraux et surtout urbains du Maghreb. Machisme et autoritarisme ne sont pas des réalités éternelles: ce sont des comportements dominants, mais combattus et qui ne cessent d’évoluer. Vermeren qui est historien conclut : « l’histoire commune n’est pas enseignée au Maghreb, et ne l’est que marginalement dans les écoles françaises, et moins encore à l’université. Un terrain de prédilection pour les idées reçues ».

Le livre se termine sur un glossaire original, puis sa bibliographie comporte une liste de sites internet… qu’il est intéressant de tester: http://www.limag.com fonctionne à nouveau après des semestres d’interruption et c’est de loin la base de données la plus solide sur la littérature et son traitement universitaire. Notre propre site Coup de soleil est qualifié de “une association de rapatriés” … ce qui est incontestablement réducteur!

Claude Bataillon