On aime,on soutient



TERRE MER, de Marie-Audrey Simoneau, Arles, le 12 juin 2018.

Un spectacle sur la lutte des femmes contre l’esclavagisme en Martinique, mis en scène par Emmanuelle Bunel sur un texte écrit et interprété par Marie-Audrey Simoneau avec les chants du quintet Les Cytèles et leur présence sur scène.

On vous attend avec impatience le mardi 12 juin à 20h à la Maison de la vie associative d’Arles.
Photos de Jean Roché.

Répétition générale du spectacle « Terre mer ». Les Cytèles accompagnent Marie sous la direction d’Emmanuelle Bunel. Maison de la vie associative. Arles.

Répétition générale du spectacle « Terre mer ». Les Cytèles accompagnent Marie sous la direction d’Emmanuelle Bunel. Maison de la vie associative. Arles.

Répétition générale du spectacle « Terre mer ». Les Cytèles accompagnent Marie sous la direction d’Emmanuelle Bunel. Maison de la vie associative. Arles.

Répétition générale du spectacle « Terre mer ». Les Cytèles accompagnent Marie sous la direction d’Emmanuelle Bunel. Maison de la vie associative. Arles.

Projection de Mère méditerranéenne, film de Jean Luc Saumade, Aigues Mortes, le 14 mai, 18 h 30

Le film de Jean-Luc Saumade, nous entraine dans un cinéma qui relie souvenirs intimes et histoire. Ce sera, pour nous spectateurs, l’occasion de rencontrer par le souvenir ou de découvrir comment l’enfance en Algérie de Ghislaine Saumade lui a permis de construire un engagement vers l’Afrique à travers plusieurs associations dont elle a été une militante constante : France-Liberté (Méditerrama en Région) et Gorée Fraternité.

Le film sera suivi du court métrage Chaque jour est une petite vie d’Albane Fiorette et de Lou-Brice Léonardi.

Un débat, en présence du réalisateur, cloturera la séance.

Voir le site du Cinéma Marcel Pagnol.

« Au coeur de l’errance »

Ce numéro Hors série est le fruit de la collaboration avec Monique Sérot-Chaïbi, membre actif de Coup de Soleil, qui a sollicité de nombreux auteurs dans le but de créer un recueil dont le produit des ventes sera entièrement reversé à SOS Méditerranée.

Depuis l’année 2000, environ 50 000 candidats à l’exil se sont noyés en Méditerranée. Cette association, créée en 2015 a sauvé plus de 26 000 vies depuis février 2016 en affrêtant l’Aquarius, un bateau qui coûte 11 000€ par jour.

Du Mali, de Mauritanie, du Maroc, d’Algérie, de Tunisie, de Palestine, de Haïti, de Belgique, d’Italie, de Martinique et de France métropolitaine, des écrivain.e.s ont offert leur plume et des artistes leurs œuvres pour cette cause commune

Exposition « Aurès 35 »

Voir le compte-rendu de notre soirée du 6 mars

Yamen Manai, lauréat du Prix des cinq continents de la francophonie

l'amas ardentL’écrivain tunisien Yamen Manai reçoit le Prix des cinq continents de la francophonie pour son roman « L’Amas ardent », publié aux éditions Elyzad. À la Foire du livre de Francfort, dont
la France est cette année l’invitée d’honneur, a été décerné mercredi 11 octobre le Prix
des cinq continents de la francophonie. Le jury, composé entre autres d’auteurs
originaires du Liban, d’Haïti, du Burkina Faso et de l’île Maurice, a récompensé le
jeune auteur tunisien Yamen Manai pour son roman « L’Amas ardent » aux éditions
Elyzad. C’est l’histoire d’un homme, un apiculteur, qui se bat pour sauver ses abeilles
attaquées par des frelons. C’est aussi une fable politique et écologique qui a
énormément plu au président d’honneur du Prix des cinq continents de la
francophonie, Jean-Marie Gustave Le Clézio : « Parce que c’est l’aventure. Et la
francophonie, c’est l’aventure, Ce livre est un livre aventureux. C’est un livre qui
nous sort des sentiers battus, qui nous sort d’une littérature narcissique.
C’est un livre qui nous parle de notre condition humaine, à tous, pas seulement celle des Tunisiens, mais à tous : la lutte
de l’individu, un individu un peu obstiné, mais qui adore ses filles, les abeilles, contre une société qui veut détruire cette
harmonie et qui veut nous priver de vie. C’est un livre profond. Et c’est une allégorie. »
http://www.rfi.fr/afrique/20171012-yamen-manai-prix-cinq-continents-francophonie-amas-ardent-salon-francfort

Kaouther Adimi, lauréate du prix Beur FM

nos richessesGrand succès pour le dernier roman de Kaouther Adimi : cette auteure que nous avons sélectionnée et accueillie par deux fois à Montpellier s’est saisie de l’histoire d’un homme, Edmond Charlot, qui, en 1936, âgé de vingt et un ans, ouvrit la librairie de prêt Les vraies richesses à Alger, fut le premier éditeur de Camus et après avoir parcouru la méditerranée vint s’installer à Pézenas.

Le premier homme

1erhomme