PAS DE QUARTIER CONTRE LES INEGALITES, TNT- Toulouse

Au TNT de Toulouse en mars 2018, notre petit groupe de têtes blanches de Coup de soleil a en moyenne quarante ans de plus que l’ensemble du public : ce soir quelque 250 personnes, salle comble. C’est  l’AFEV (http://toulouseafev.wixsite.com/afev/qui-sommes-nous-) qui a convoqué ce public, comme pour les collégiens tout aussi nombreux cet après-midi.

Les animatrices, A. Bennin et A. Charon sont expertes en film, mais surtout elles réunissent sur scène des gens d’ailleurs, avec qui elles dialoguent depuis des mois pour leur faire raconter leurs vies. A Paris, en janvier,  (http://coupdesoleil.net/blog/la-bande-des-francais-paris-gaite-lyrique-17-janvier-2017/ ) c’étaient Martin (paysan de la Somme), Heddy (boxeur et acteur, quartiers nord de Marseille), Sophia (journaliste fille d’instituteur kabyle), Amir (de Gaza, professeur d’arabe). En mars 2018 à Toulouse nous retrouvons Amir, avec Asmina (fille de Comorienne et chef de phratrie) et Karam (de Damas, acteur).

En fond de scène, un immense paysage rose des toits du vieux Toulouse, que Marc décrypte clocher par clocher. Les trois « acteurs » sont accompagnés par trois musiciens et par la graphiste qui avec une poésie poignante commente, caricature, habille en surimpression les images projetées. Ces vidéos ou ces photos montrent la vie des trois acteurs. Ils délimitent à la craie leur espace symbolique sur le sol de la scène. Ils dialoguent entre eux, avec les animatrices. Ils commentent leurs propres images et vidéos : le mélange est si subtile que souvent la voix enregistrée se superpose à celle de l’acteur qui est devant nous. L’improvisation est permanente, mais avec des outils (graphisme, son, image, vidéo) qui donnent corps au spectacle.

Que nous raconte-t-on ? Des vies faites de courage plongé dans l’humour. Asmina, de santé menacée dès son enfance, est une chef de phratrie qui a su un jour ramener à la raison à coup de chaise un jeune frère, qui doit négocier pour contourner le rêve de beau mariage comorien voulu par sa mère, qui vient de trouver un logis à elle et veut vivre avec son copain sénégalais. Karam, petit fils de réfugié palestinien en Syrie, n’a pas de nationalité, donc pas de passeport, seulement un « document d’identité » : il a pourtant pu fuir de son quartier de Damas sous les bombes vers Moscou, d’où après deux ans il est parti en « classe affaire » d’un avion vers Paris, avec comme seul bagage sauvé de Syrie sa clarinette. Amir s’est inscrit sur conseil de son père à l’Université de Gaza la moins chère : par hasard au Département de français, langue dont alors il ne connaissait pas un mot. Brillant étudiant, une bourse pour la France l’a fait débarquer à Roissy, où il a découvert un pays qui a des champs tout verts, des métros, des noirs, des juifs… et des arabes. Ce que les trois acteurs apprécient en France : la liberté, sexuelle en particulier.

 

En arrivant, nous savions un peu à quoi nous attendre, parce que deux d’entre nous avions rencontré l’équipe à Paris en Janvier  (c’était un spectacle plus « intello » et moins « jeune » que celui-ci, certes, mais qui nous avait donné envie de nous presser de les revoir).