Décennie noire, quelle mémoire, quel journalisme ?

Le thème de cette 6eme édition des Journées culturelles franco-algériennes de Toulouse, organisées par les Amis d’Averroès est la « décennie noire », les années 1990 en Algérie.

Déjà la séance inaugurale du 1er octobre a remémoré cette période sombre…

Grâce aux notes prises sur son carnet par Anne-Lise Verdier (textes et croquis… voyez ce que cela donne sr son site web : https://anneliseverdier.jimdofree.com/illustrations/carnets/ 

) nous disposons des éléments essentiels de cette séance.

Extraits des carnets de Anne-Lise:

dav

[Georges Rivière était un des intervenants] : 93/94 ont été des années terribles. La mort frappe à toutes les portes. Combat des femmes, des berbères. A l’aube de la vraie libération, la revendication islamiste capte la société sur fond de chômage, d’injustice sociale… 22 mars 94, Grande manif des femmes.AYDA= AOUDA = « Le retour ». Création en 93. Combat contre l’islamisme, arrivée de copains algériens militants, qui ne sont pas là pour rester.

[On a retrouvé aussi les fondateurs de l’association AYDA, mouvement de solidarité et d’accueil en France des victimes algériennes

sdr

du terrorisme, entre autres avec Irène Corandin, très active dans les milieux féminins].AYDA veut aller plus loin que  leComité international de soutien aux intellectuels algériens, fondé par Bourdieu, à Paris … (À côté de AYDA il y avait aussi une association féministe…). Notes sur Irène : Irène a retrouvé un document du collectif qui soutenait les femmes algériennes et qui rend compte des actions année par année. Ce collectif était soutenu par l’APIAF, par LA GAVINE et par le groupe SIMONE de l’Université du Mirail.
San Egido : Ils sont tous assis à la même table. Et au bout du compte ce sont les femmes qui vont en faire les frais.
(Dans ce) livre il y a les récits des enfants reçus en Ariège.

En 97 il y a la remise en question avec les photos de la madone de Bentallah : Non les femmes ne sont pas des « Mater Dolorosa » !

dav

dav

(Lire) ASSIA DJEBAR le blanc de l’Algérie, le non-su, le non-écrit, le non-raconté… La fin des années 90 c’est le blanc qui revient pour l’histoire des femmes en Algérie (Elles disparaissent du champ de vision)

[Nazim Mekbel a présenté son site d’information https://ajouadmemoire.wordpress.com consacré à la récupération des informations sur les victimes d’assassinats de cette période]. « En 2010 je cesse de parler de mon père uniquement, j’attaque le travail de mémoire comme pour la Shoah ». On a pris comme date le 22 mars ; AJOUAD est le nom d’une piece d’Abdelkader Alloula, journée de la mémoire chaque 22 mars. Oran, journée musicale, à Alger ; conférence, à Montréal…on n’oublie pas. Notre travail est important car actuellement il y a falsification de l’histoire. On prétend que les services secrets sont à l’origine de tous les morts. Journée contre les victimes du terrorisme ( !)  Il montre un petit film sur l’amnésie où une jeune fille morte pendant la décennie noire parle à sa mère (en fait c’est un fantôme). L’amnésie n’est pas la solution. Nazim a collecté tous les articles de presse relatant les assassinats et les exactions islamistes dans les années 90. (Montre des diapositives) Groupes paramilitaires du FIS qui s’entraînent pour partir en IRAK, Polices islamistes paramilitaires des 1990.… Bagarre autour d’une mosquée pour voir quelles tendances va s’en emparer. Attaque terroriste contre une gendarmerie AVANT les législatives 90/91. Ils annoncent leur programme (Interdiction des partis laïques, suspension de la constitution…)

Le chiffre de 200 000 morts est sans doute excessif : Les disparus seraient entre 10 000 et 15 000,enlevés par les islamistes, femmes enlevées (5000) mais les familles n’en parlent pas. On rejette leur filles, épouses… (on regrette leur retour)

dav

Selon Farida Labrèche Nouar, médecin légiste : (un camembert) :En 91 meutres simples… 93 de + en + d’égorgements, 7 à 10 cadavres par jour… De plus en plus de mutilations, les corps servent de messages et choquent l’opinion publique. (voir tableaux statistiques…). En 97à 99 de plus en plus de victimes dans le milieu rural car les islamistes dans les camps, libérés, sont partis au maquis. Des mecs se retrouvent au maquis mais ne sont pas du coin donc ils se servent en bouffe, en bétail … et en femmes.

Attentat piège pour appater et piéger l’armée. Bentallah pourrait être ça. L’Armée qui ne veut pas intervenir pour ne pas se faire piéger, rêglements de comptes entre islamistes et familles de Bentallah. Le massacrec de Remka := 1000 personnes tuées. Or en dessous de 1000 tués l’ONU ne peut pas intervenir. Le massacre de Remka a été caché.

Il y aurait plutôt 1000 000 morts et pas 2000 000. Mais le chiffre de 2000 000 est une chiffre gardé pour montrer que l’Etat Algérien n’assume pas.

 

Ce 10 octobre, au même espace Diversité laïcité de Toulouse (38 Rue d’Aubuisson), un angle particulier de la décennie noire algérienne est repris : « La presse française et la décennie noire en Algérie (1990-2000), entre information et désinformation ».  Avec  Mohamed Kechidi  (économiste à l’Université Jean Jaurès de Toulouse) comme « modérateur », quatre intervenants ont une expérience de journalistes. Pierre Barbancey, né en 1962, est journaliste à l’Humanité où il a « couvert » l’information sur la Méditerranée. Pour ce même journal Francis Pornon https://www.francispornon.fr/biographie, ex-professeur de philo « coopérant militaire » en Algérie pendant deux ans vers 1970, a publié en 1998 un reportage sur l’Algérie, suite à un voyage de plusieurs semaines dans ce pays en guerre. Lors d’échanges postérieurs, il me rappelle que « la bataille des idées qui eut lieu en France à propos de l’image de l’Algérie d’alors, cachait l’enjeu du virage des objectifs socialistes vers un libéralisme, lequel fut facilité par l’attaque islamiste contre la démocratie. Le spectacle de la ruine du parc d’exposition des réalisations socialistes, alors que des mosquées flambant neuves s’élevaient et aussi qu’avaient lieu un grand salon commercial, en disaient long dans mon reportage.» Areski Metref https://fr.wikipedia.org/wiki/Arezki_Metref  est un journaliste algérien vivant en France depuis 1993, moment où il découvre le monde de la presse française. Georges Rivière, graphiste, entre en journalisme dans le tourbillon de l’association AYDA, où il crée l’éphémère périodique ASMA après avoir « couvert » pour Le monde libertairela manifestation des femmes d’Alger de mars 1994. Ce Français vit en Algérie depuis 2014.

Un consensus apparaît parmi les intervenants : en France la « décennie noire » opposait au sein de la gauche « conciliateurs » (globalement favorables à une ouverture politique du gouvernement algérien en direction du Front Islamique du Salut (FIS) vainqueur du premier tour « confisqué » des élections législatives de 1991) et « éradicateurs » (défenseurs d’une laïcité stricte interdisant au FIS toute action, ce dernier étant seul responsable du terrrorisme qui va ravager l’Algérie pour près de dix ans). Les intervenants considèrent que c’est sciemment que les grands médias de l’establishment de la  « gauche non communiste » (Le Monde, Libé, Nouvel Obs, France Inter) ont pesé sans impartialité en faveur des « conciliateurs ». N’est-ce pas dessiner là une vision d’un monde où les vaiqueurs de la guerre froide, Etats-Unis en tête, veulent écraser les « progressistes », anciens alliés d’une Union Saviétique qui vient de s’effondrer ?

Les échanges entre intervenants, puis avec la salle, permettent de dépasser ce panorama, qui rappelle les discussions violentes en France à l’époque, entre autres au sein de AYDA. Rappelons d’abord ce qu’on ne savait pas clairement à l’époque, ni en Algérie ni en France : le régime politique algérien, sur le long terme, est « une démocratie de façade [sous] un commandement militaire » (voir le vidéo publié par nos amis lyonnais https://www.youtube.com/watch?v=wQkxNEREb9I). Et soulignons à quel point l’intelligentzia algérienne, sur le long terme, est intimement liée à son homologue de la gauche française : à la coopération post-coloniale vers l’Algérie répond l’accueil en France des Algériens menacés chez eux pendant la décennie noire, mais il faudrait replacer cet accueil dans un temps plus long, en évaluant aussi ce que représente cette diaspora par rapport aux accueils dans d’autres pays que la France.

Les témoignages montrent comment en France il fallait lutter contre la vision d’une Algérie « sauvage », contre une vision purement policière du conflit qui empêchait de voir son contenu politique. Areski rappelle comment son travail pour la revue Politis était rendu difficile par la certitude de certains collègues français de mieux percevoir que lui la situation politique algérienne. Rivière rappelle que la revue Asma, qu’il a animée, a réussi à publier « sur les deux rives » ses numéros, qui forment une archive précieuse. Cette revue toulousaine a eu un « petit frère » parisien encore plus éphémère. En 1991-95 Algérie républicaine a aussi réussi à paraître « sur les deux rives ». G. Rivière insiste sur ce que fut la résistance au jour le jour en Algérie contre les interdits islamistes qui visaient plus que d’autres les femmes.

Lors de cette séance passionnante, je me trouve assis enre deux personnes qui ont le crayon à la main : Gyps, qui écoute attentivement et sourit souvent, dessine. Anne-Lise, elle, alterne dessin et prise de notes… C’est avec plaisir que nous rendons compte de ces débats : les Amis d’Averroès n’ont pas de site web auprès de qui vous adresser et nous leur servons un peu de mémoire au sein de notre communauté toulousaine… par exemple http://coupdesoleil.net/midi-pyrenees/2015/10/13/3e-journees-franco-algeriennes-de-toulouse/

 

On peut écouter cette table ronde : http://www.canalsud.net/?La-presse-francaise-et-la-decennie