Après l’investiture du nouveau président algérien

L’année se termine. Où en est-on? Les élections algériennes ont eu lieu. Puis le mentor du nouveau président a disparu. Deux semaines après ce scrutin, les signes d’une détente sont absents. Dès avant celui-ci, les arrestations se sont intensifiées, visant des militants des droits de l’homme, des leaders d’opinion, des artistes en vue. Certes quelques libérations, sans annonces significatives. Nous sommes loin de pouvoir dire quelle stratégie mène l’armée dans ses différentes composantes, tout comme la présidence tout nouvellement en place : pour une conciliation? Pour une reprise en main?

 

Tant depuis Toulouse qu’en Algérie, mais aussi au Maroc et en Tunisie, nous récoltons ce qui nous aide à comprendre les mouvements démocratiques qui se font jour: ils sont substantiellement liés au combat culturel franco-maghrébin qui est le nôtre. Sur notre site, nous préférons l’information à l’émotion (que nous savons aussi partager). Nous préférons aussi l’humour à la grandiloquence. Certes nous parlons de nous-mêmes (c’est la moindre des choses), mais aussi de ce que font nos amis, proches ou lointains.